Le lait du Sénégal face à la concurrence européenne

Publiée le 26/11/2019 AgricultureEconomie

Le lait européen est en surproduction. La chute des prix qui en résulte ne permet plus aux éleveurs européens de se rémunérer correctement. Puisque la croissance de ce marché en Europe n’est que de 1%, le secteur cherche donc de nouveaux débouchés à l’international et notamment auprès des pays émergents où la consommation de produits laitiers est en hausse. Les populations y adoptent de plus en plus des modes alimentaires occidentaux. Une aubaine pour l’agro-industrie qui achète ainsi le lait à bas prix et exporte des produits laitiers. Les éleveurs du Sud font donc face à une concurrence féroce qui déstabilise toute leur filière locale alors que les éleveurs du nord sont eux aussi en péril. Focus sur le Sénégal.

Lait local contre lait en poudre : le lait du Sénégal contre le lait d’Europe

En Afrique de l'Ouest, les producteurs et productrices de lait sont confrontés aux importations croissantes de poudre de lait européenne, moins onéreux que leur lait local (allant de 30% jusqu’à 50%). Cette poudre vendue comme du « lait » est en fait du lait écrémée avec des huiles végétales, le plus souvent avec de l’huile de palme encore moins chère. Au Sénégal, malgré la présence de 200 000 éleveurs et une consommation en hausse, la majorité du lait consommé est importé d’Europe !

« Le Lait en poudre vendu en Afrique de l’Ouest est réengraissé à partir d’huile de Palme. »

Oumou Khairi Diallo, spécialiste de la filière du lait au Sénégal, invitée du Festival ALIMENTERRE 2019.

Il va de soi ainsi que ce « faux-lait » pour reprendre les mots de SOS Faim empêche le développement de la filière au Sénégal mais pire, il provoque une déstabilisation profonde de toute la filière voire la disparition d’éleveurs. Un paradoxe alors que la consommation est en hausse au Sénégal. Le « consommer local » n’est donc pas encore un argument de vente.

Plus globalement, c’est un sérieux problème pour l’activité agricole en Afrique de l’Ouest puisque environ 60% de la population active d'Afrique de l'Ouest, sur une population totale de 382,5 millions d'habitants en 2018, vit de l'élevage et de l'agriculture.

« Il y a aussi le risque que les gens s’habitue au goût du « faux-lait ». On perd le goût du lait.« 

Oumou Khairi Diallo, spécialiste de la filière du lait au Sénégal, invitée du Festival ALIMENTERRE 2019.
N'exportons pas nos problèmes d'SOS Faim

Sénégal : Une filière lait locale consciente mais fragilisée

La filière est bien évidemment consciente du problème et tente de s’organiser en regroupement. Oumou Khairi Diallo, invitée du Festival ALIMENTERRE 2019 a développé un projet de laiterie coopérative entre 2010 et 2012 en partenariat avec l'AFDI Bourgogne Franche-Comté et le CFSI.

« L'idée était de mutualiser les petits volumes de production laitière afin de les transformer (petits pots de lait caillé, yaourts, fromages…) avant de les mettre sur le marché. »

Oumou Khairi Diallo, spécialiste de la filière du lait au Sénégal, invitée du Festival ALIMENTERRE 2019.

Le projet a permis de sécuriser des débouchés pour les femmes éleveuses en leur assurant un salaire régulier. En 2013, elle constatait :
« Notre groupement de femmes éleveurs est né en 2003. Grâce à l’appui des services agricoles de l’État, ce réseau de femmes, passé de cinq à cinquante laiteries, s’est peu à peu structuré et modernisé. »

Le pays ne manque pas d’initiatives mais ils existent de nombreux freins comme le rendement du cheptel, la disponibilité du fourrage, le climat…

Une solution politique

Bien que le lait en poudre permet à une grande partie de la population d’accéder aux produits laitiers et de se nourrir, la vente de ces produits ne permet pas un développement économique de la filière. Il faut aussi prendre en compte que la plupart des producteurs européens, qui font face à un prix du lait mondialisé trop bas, ne profitent pas de cette croissance exportatrice et sont en difficulté. C’est dans les politiques agricoles qu’il faut se tourner pour trouver une solution. Pour permettre à la filière laitière de se développer, la question des barrières douanières est centrale. Aujourd'hui, le droit de douane appliqué à la poudre de lait (y compris la poudre rengraissée) est relativement faible (5 %), mais il devrait complètement disparaitre à la faveur de l'entrée en application de l'Accord de Partenariat Économique (APE) avec l'UE, qui prévoit une libéralisation complète. Une réelle évolution de la Politique Agricole Européenne est donc à souhaiter.

Centraider

CENTRAIDER est un réseau régional multi-acteurs, au service de toutes les structures engagées dans des projets de coopération décentralisée et/ou de solidarité internationale (collectivités territoriales, associations, établissements scolaires, hôpitaux, universités, etc.). CENTRAIDER s'est fixé pour objectif l'amélioration des pratiques des acteurs de la coopération et la solidarité internationale.

Informations pratiques

Siège social

Pôle Chartrain – 140, Faubourg Chartrain, 41100 Vendôme
Tél : 02 54 80 23 09

Bureaux

10 avenue de la République, 37300 Joué-Lès-Tours
Tél : 02 47 34 99 47

3 rue de la Chôlerie, 45000 Orléans
Tél : 02 54 80 23 09

Ministère de l'Europe et des Affaires Étrangères
Région Centre Val de Loire