Centraider Coopération et solidarité internationale en région Centre

Zoom sur...

PSF37 recycle nos radiographies

PSF37 recycle nos radiographies

Nos radiographies argentiques obsolètes permettent à Pharmaciens sans frontières 37 (PSF37) d'aménager des dépôts pharmaceutiques au Bénin. Mais pas seulement...

Bien que les radiographies médicales soient de plus en plus numérisées (papier ou CD-Rom), les hôpitaux, cliniques et particuliers stockent, les premiers par nécessité d’archivage, les derniers par précaution ou par oubli, des quantités importantes de radiographies faites selon le procédé « ancien », c’est-à-dire sur support argentique.

 

Ce gisement de radiographies argentiques est considérable et semble inépuisable. Depuis plus de dix ans, PSF37 en collecte environ cinq tonnes par an. Cette récupération - associant les pharmaciens chez qui les patients sont invités à déposer leurs radiographies obsolètes, leurs grossistes répartiteurs, les radiologues hospitaliers et libéraux, les déchetteries avec lesquelles PSF37 a signé des conventions -  suivie par un tri rigoureux séparant les radiographies de leurs enveloppes papier, initie un cercle vertueux incluant écologie, économie et solidarité.




 

 

Les radiographies ne sont pas des déchets anodins

Le lieu de dépôt ultime de ces radiographies est le plus souvent les déchetteries, qualifiées de déchets « tout venant », elles sont « éliminées » en tant que tels, c’est-à-dire par enfouissement. Ce faisant, il leur faudra environ 300 ans pour se dégrader en libérant les sels d'argent qu’elles contiennent, polluant les eaux et les sols et risquant de s'accumuler dans les maillons de la chaîne alimentaire.

Au-delà de 0,4 ng/litre, l'argent est considéré comme un indicateur de pollution. L'absorption d'argent par l’organisme humain ne semble pas avoir d’effet direct en dessous d'un certain seuil, mais un excès provoque une maladie dite argyrisme qui donne à la peau et au blanc de l'œil un teint gris-bleuâtre, voire noirâtre, mais qui beaucoup plus grave, peut entrainer des lésions cérébrales ou des convulsions.

Soustraire ces déchets d’une issue si préjudiciable pour notre environnement et notre santé est donc un acte responsable.

 

Les radiographies ont de la valeur

Les radiographies sont recouvertes d'une couche de gélatine contenant des sels d’argent ayant une forte valeur commerciale. Pour récupérer l'argent, les radiographies sont broyées, trempées dans une solution active puis électrolysées. L'argent est ensuite acheminé vers un « fondeur affineur » qui le transforme selon les besoins. Le support radiographique sera lui valorisé énergiquement ou servira à la fabrication de polyester. Le recyclage d'une tonne de radiographie conduit à environ 10kg d'argent (valeur environ 5.000€).





 

Une action bénévole et éthique

PSF37 vend les radiographies qu’elle collecte à une Société spécialisée dans le traitement des déchets qui se charge de leur traitement. Comme toute association, PSF37 est soucieuse de ne pas se trouver en situation de concurrence déloyale avec une entreprise qui pratiquerait collecte et tri dans un but lucratif. Aucune entreprise de ce type n’existe pour une raison évidente : elle ne serait pas rentable. Le temps consacré à la collecte (plus de 200h/an) et au tri (750h/an), à quoi il faut ajouter l’utilisation d’un véhicule (plus de 2.500km/an) et le coût administratif (plus de 50h/an) en rendraient le coût prohibitif. L’opération n’est rentable que grâce à l’action désintéressée et motivée des bénévoles.

 

Une bonne action pour la planète

Selon les expertises internationales, la quantité d’argent disponible dans le monde s’amenuit, la consommation dépassant la production depuis plusieurs années et l’argent risque de devenir un métal rare. En participant au recyclage de l’argent, PSF37 contribue –modestement, mais n’est-ce pas un exemple à suivre ?- à la conservation d’une ressource primordiale pour l’industrie. De la dentisterie aux panneaux solaires en passant par les puces LED ou les écrans tactiles, l’argent est vital pour nombre d’utilisations industrielles.    

 

 

Une importante contribution aux actions de solidarité internationale de PSF37

La vente des radiographies représente pour PSF37 un tiers de ses revenus annuels. Elle a permis de financer entièrement depuis 2007 au Bénin, l’aménagement complet de quatre dépôts répartiteurs de zone (mobilier, bureautique, signalétique, informatique) et la formation de leur personnel aux règles de bonnes pratiques pharmaceutiques. Soucieux de nous protéger de risques toxicologiques et de préserver la nature tout en s’inscrivant dans une économie vertueuse et responsable, PSF37 associe éthique et solidarité.

Pour paraphraser un couturier célèbre et dans un slogan utilisé lors de la campagne pour le gilet jaune, rapporter ses radiographies chez son pharmacien, son radiologue ou à sa déchetterie, ça ne coûte RIEN, mais ça préserve la santé, ça protège la nature, ça recycle un produit rare, et ça peut sauver des vies.

 

Alain BUGE, PSF37

http://psf37.blogspot.com/

 

 

NB: dans le département du Cher, l'association Pharmacie Humanitaire Internationale collecte également des radiographies.

Mis à jour le 13 septembre 2018
Actualités
Actualités
Centraider, Réseau régional des acteurs de la coopération et de la solidarité internationale Pôle Chartrain - 140, Faubourg Chartrain - 41100 Vendôme - Tél. : 02.54.80.23.09
Centraider est une association loi 1901 soutenue par la Région Centre et l'Etat
Conception et hébergement Logo Axn informatique © 2011
Conformité de votre site aux normes du W3C, organisme de standardisation du web
Valid HTML 4.01 Transitional