Centraider Coopération et solidarité internationale en région Centre

Zoom sur...

Agir pour la gestion des déchets

L'évolution des modes de production et de consommation ont progressivement conduit à une explosion de la quantité des déchets. Leur gestion constitue aujourd'hui un véritable enjeu sanitaire, économique et environnemental à l'échelle planétaire, en particulier pour les collectivités du Sud.

 



Les chiffres clés

 

Sources : ADEME, Banque mondiale, Eurostat.

 


Evolution de la production de déchets en France de 2004 à 2012

 

 

 

 

Dans le monde

 

  • Plus de la moitié de la population mondiale n’a pas accès à un service d’enlèvement des déchets ménagers.
  • La production de déchets urbains augmente de près de 3% par an.
  • L’économie informelle joue un rôle important dans la plupart des pays en développement, où entre 15 et 20 % des déchets produits sont collectés, triés, recyclés et valorisés par des personnes ou des microentreprises qui ne sont pas officiellement enregistrées ou reconnues.

 

 

 

En France (en 2014)

 

  • 324 millions de tonnes (Mt) de déchets produits, environ 70% dans le secteur de la construction et 10% pour les ménages.
  • Chaque Français produit en moyenne 510 kg de déchets par an, soit 1,4 kg par jour (10ème rang européen).
  • 37% des déchets ménagers sont recyclés (62% en Allemagne).
  • 48 Mt envoyés vers les installations de traitement des déchets ménagers et assimilés.
  • 17,5 Mt de matériaux recyclés utilisés (hors bois et granulats).
  • 125.500 emplois (gestion des déchets, dépollution).
  • 17 milliards d’euros de dépenses de gestion.
  • 20 Mt d’émissions de CO2 évitées.

 

 

 

Lauréats des territoires « zéro déchet, zéro gaspillage »

 

 

 

 

Des problématiques multiples

 

L’impact de l’accumulation des déchets peut être considérable :

 

Sur la santé : maladies (prolifération de bactéries, de moustiques vecteurs du paludisme, infestation de parasites, diffusion de grandes pandémies comme le choléra, maladies gastro-intestinales et respiratoires, particulièrement chez les enfants), intoxications dues à la pollution des eaux et de l’air, blessures (vert, seringues…).

 

Sur l’environnement : contamination des sols, des eaux, de l’air, des mers et des océans, réchauffement climatique par l’émission de gaz à effet de serre…

 

Sur la ville et les territoires : inondations suite au colmatage des réseaux d’évacuation des eaux pluviales par les déchets, dépôts sauvages en pleine ville, nuisances olfactives et visuelles…

 

Sur l’économie : impact sur la santé publique (traitements médicaux, moindre productivité due aux arrêts de travail), perte d’attractivité d’un site, coûts de la dépollution…

 

 

 

Temps de dégradation des déchets dans le sol

 

 

 

Les pays du Sud sont tout particulièrement concernés par ces problématiques :

 

  • Une collecte officielle partielle, souvent réservée aux quartiers centraux ou riches des grandes agglomérations et des zones touristiques ;
  • Une collecte souvent complétée par le secteur informel (habitants eux-mêmes, charretiers privés) ;
  • Une forte urbanisation, liée à l’exode rural, qui conduit à une croissance en périphérie des villes de zones d’habitat spontané, non officiellement reconnues et donc peu équipées ;
  • Des mises en décharges « brutes » ou des déchets collectés ;
  • L’importance de la récupération informelle (chiffonnage) dans les rues et décharges ;
  • De réelles difficultés pour les collectivités à mobiliser des ressources financières pour répondre à ces enjeux.

 

En République du Congo « Dolisie Zér’0 déchets, le ramassage sans rupture ! »

 

Africompost : compostage des déchets en Afrique (Cameroun, Côte d’Ivoire, Madagascar, Togo)

 

Comment coopérer pour la gestion des déchets au Sud ?

Les villes sont en première ligne concernant la problématique des déchets. La mise en place du dispositif « 1% déchets » permet aux collectivités territoriales françaises compétentes en matière de collecte et de traitement des déchets de mener des actions de coopération internationale dans ce secteur. Celles-ci peuvent mobiliser jusqu’à 1% des ressources propres du budget relatif aux services déchets de la collectivité. Selon les collectivités, cela représente entre 1 et 1,5€ par an et par habitant.

 

 

Dans le cadre du projet PAGEDS, Centraider a souhaité s’engager activement sur la gestion des déchets, au côté de ses partenaires : GEVALOR, le CEFREPADE, le CIEDEL, le GRET et RESACOOP. Jeudi 17 mai, ces partenaires seront réunis à Joué-lès-Tours pour aborder les enjeux de ce secteur au travers de témoignages, les modalités d’accès aux financements adaptés (1% déchets, FICOL, DAECT…) et les axes d’intervention possibles pour améliorer les choses via des ateliers pratiques.

 

Inscription sur contact@centraider.org – 02.54.80.23.09

Mis à jour le 30 avril 2018
Centraider, Réseau régional des acteurs de la coopération et de la solidarité internationale Pôle Chartrain - 140, Faubourg Chartrain - 41100 Vendôme - Tél. : 02.54.80.23.09
Centraider est une association loi 1901 soutenue par la Région Centre et l'Etat
Conception et hébergement Logo Axn informatique © 2011
Conformité de votre site aux normes du W3C, organisme de standardisation du web
Valid HTML 4.01 Transitional