Centraider Coopération et solidarité internationale en région Centre

Les outils

Fiche technique n°7 - La stratégie de financement de votre projet

Fiche technique n°7 - La stratégie de financement de votre projet

Votre projet est déjà conçu ? Vous pouvez vous lancer maintenant dans la recherche de fonds afin de rassembler les ressources nécessaires à la réalisation de votre projet. La présente fiche a pour objectif de vous donner quelques repères en matière de recherche de financement.

Etape 1 : établir un plan de financement

Etape 2 : définir une stratégie

 

Les bailleurs de fonds sont les organismes, privés ou publics, qui financent votre projet de solidarité internationale. Nous tenterons de répondre, au travers de cette fiche et des fiches suivantes, à vos questionnements :

  • Qui serait intéressé pour financer ce type d’intervention ?
  • A qui faut-il s’adresser ?
  • Quelles sont les conditions pour obtenir des financements ?
 

Qu'est-ce qu'un cofinancement ?

Si votre projet évolue, se complexifie et devient plus ambitieux, vous serez confronté à des besoins de financement plus importants. Il vous faudra donc réunir des fonds provenant de différentes sources et, associer plusieurs partenaires financiers. Votre projet ne pourra jamais être financé intégralement par un seul bailleur de fonds.

 

La quête est longue, consommatrice d’énergie et de temps. Dans un premier temps, familiarisez-vous avec le fonctionnement d'un budget, afin de définir par la suite une véritable stratégie de financement

Etape 1 : établir un plan de financementDevant la multiplicité des combinaisons possibles de financements, il est préférable de se donner une méthode de recherche de financements adaptés à l’ampleur du projet.
Le plan de financement prévisionnel apportera une ligne directrice dans vos recherches de fonds par catégorie de financeurs.

 

Les catégories de financement

  • Les fonds propres : par « fonds propres », on entend les contributions caritatives, les cotisations et dons « de proximité », le parrainage  et la création d’événements et la vente de produits. Il est préférable, afin d’accéder à des subventions publiques, de démontrer votre investissement dans le projet. Ainsi, les fonds propres sont révélateurs de votre engagement et de votre motivation. Ils participent aussi à l’autonomie financière de votre projet pour ne pas dépendre de bailleurs en particulier.
  • Les fonds publics : il s'agit de fonds provenant de l’Etat, des collectivités territoriales et locales (Région, Département, communauté de Communes, Communes, etc.). Les fonds publics se traduisent en termes de « subventions publiques ». Cette démarche suppose de respecter des critères d’éligibilité stricts propres à chaque bailleur. 
  • Les fonds privés proviennent de structures telles que des fondations, des entreprises, ou toutes autres associations qui agissent selon une logique marchande et s’opposent, par essence, aux fonds publics.

 

Un exemple de plan de financement


Votre association de solidarité internationale : 50 adhérents – 1000 € de réserves

 

Action : Construction d’un puits dans un village au Mali.
Coût : 15 000€
Durée de l’action : 4 mois

 

Fonds publics : 60% soit 9 000 €
Sources principales : collectivités locales, Conseil général, Conseil régional

 

Fonds propres : 10% soit 1 500 €
Sources principales : dons, cotisations des adhérents, actions d’autofinancement : soirée africaine, vente de plats malien sur le marché solidaire de Noël.

 

Fonds privés : 30% soit 4 500 €
Sources principales : Fondation Nature et Découvertes, Fondation Yves Rocher, Fondation ADEME, Fondation Ensemble.

 

Etape 2 : définir une stratégieFace à une diversité des critères de financement, plus ou moins précis et formalisés en fonction des bailleurs de fonds, définir sa stratégie de recherche de financement est une étape essentielle.
 

Etablir sa carte d'identité de porteur de projet
 

« Connais-toi toi-même »

  • Quelle est la taille de l’association ? Quelle est votre expérience en matière de développement ?
  • Quelles expériences ont vos partenaires du Sud ?
  • Qui est le maître d’ouvrage du projet, au Nord et / ou au Sud ?
  • Quelle est l’articulation avec  les collectivités territoriales au Sud, dans les pays où la décentralisation leur octroie des compétences accrues (Mali…) ?
  • Quelle est la thématique privilégiée ?
  • Quelles sont les zones d’intervention ?
  • Quel est le public cible (typologie) ?
  • Quelle est la taille financière du projet ?
  • Quelles sont les disponibilités financières, les fonds propres de l’association mobilisables, les valorisations ?
  • Quelles sont les disponibilités financières des partenaires au Sud et les valorisations possibles ?
 

Valorisation

On appelle « valorisation » toute dépense ne pouvant être justifiée par une facture. On distingue les valorisations humaines (main d’œuvre locale, participation des habitants, bénévolat…) des valorisations matérielles (mise à disposition d’un local, dons, apport en nature…). Elle doit apparaître pour le même montant, à la fois dans la colonne des dépenses et dans la colonne des recettes.
Si les valorisations doivent rester modestes (entre 5 et 10% du budget total du projet), elles sont très fréquentes dans le domaine de la solidarité internationale et sont un véritable « coup de pouce » dans la mise en œuvre de votre projet.

 

Sélectionner les financeurs les plus appropriés


Une fois établi ce portrait , vous pourrez sélectionner les financeurs les plus appropriés au regard du profil de votre projet. « Un catalogue » des financeurs publics et privés est disponible sur www.centraider.org, rubrique « Les outils ».
N’oubliez pas également de partager ce travail de recherche de fonds avec votre partenaire du Sud, c’est un gage de sérieux et de forte mobilisation au regard des financeurs.
Par la suite, vous pouvez identifier et étudier les politiques de financements choisies, en comparant à la fois les critères d’éligibilité et les profils de porteurs de projet.

 

Critères d’éligibilités

C’est en quelque sorte la carte d’identité du bailleur. Ils définissent les axes stratégiques du bailleur, ses orientations thématiques, ses zones d’intervention prioritaires, ses publics cibles... Le coût total du projet est souvent spécifié, le pourcentage maximal que ce bailleur peut allouer par rapport au budget total, etc.

 

Enfin, ne négligez pas l’importance du relationnel en menant une politique de relations publiques avec les bailleurs potentiels : se faire connaître, soumettre et partager des idées avant de présenter un dossier clef en main. Le fait de se laisser une marge de manœuvre et de ne pas arriver avec un projet déjà tout ficelé est souvent synonyme d’ouverture de votre part et peut « séduire » le bailleur.

Une fois une subvention acceptée, une contractualisation peut permettre de concrétiser un accord de subvention et de détailler la nature d’un partenariat financier (convention).

 

Outil de programmation pour les financements : le calendrier de financement

Il est conseillé de mettre en place un planning qui recense l’ensemble des fonds sollicités. 

Tenez compte du temps d’instruction des dossiers, des délais de prises de décision et de paiement… Ces informations sont à vérifier auprès des différents partenaires financiers.

 

Activités/temps 30 novembre 30 décembre 30 janvier
Demande de subvention Région centre fait par Madeleine   Décision
Demande de subvention Conseil général     fait par Jean

 

Mis à jour le 8 décembre 2011
Centraider, Réseau régional des acteurs de la coopération et de la solidarité internationale Pôle Chartrain - 140, Faubourg Chartrain - 41100 Vendôme - Tél. : 02.54.80.23.09
Centraider est une association loi 1901 soutenue par la Région Centre et l'Etat
Conception et hébergement Logo Axn informatique © 2011
Conformité de votre site aux normes du W3C, organisme de standardisation du web
Valid HTML 4.01 Transitional