Centraider Coopération et solidarité internationale en région Centre

Les outils

Fiche technique n°3 - Conception du projet : l'étude préalable d'un projet de solidarité internationale

Fiche technique n°3 - Conception du projet : l'étude préalable d'un projet de solidarité internationale

Avant de vous lancer dans l'action, il est nécessaire d'en évaluer les objectifs et les effets attendus. Cette fiche vous aidera à construire ce diagnostic préalable nécessaire.

 

De nombreux termes sont utilisés pour définir l’étude préalable : diagnostic, mission exploratoire, évaluation initiale, baseline study… 

Bien que cette étape représente un investissement conséquent en temps et en moyens, le diagnostic est une étape primordiale qu’il ne faut pas négliger. Si un médecin fait un faux diagnostic, il prescrira un traitement non adapté et le patient ne sera pas soigné ! Il en est de même dans le montage d’un projet de développement : si les problèmes sont mal compris, mal analysés, les solutions proposées dans votre projet ne peuvent pas être efficaces.
Si possible, partez sur le terrain pour réaliser un diagnostic de qualité. L’enjeu de tout diagnostic : se poser les bonnes questions afin d’apporter des réponses adaptées et pérennes. A l’issue de cette étude de terrain, vous devez être en capacité de répondre aux questions suivantes : est-ce que mon idée de projet a le soutien des bénéficiaires ? Est-elle adaptée au contexte local ? Quel problème faut-il résoudre ? Comment ? Qui peut être associé ? Votre projet est-il voué à être pérenne ?
 

Pourquoi réaliser un diagnostic ?

Comment réaliser un diagnostic

Préparer une mission sur le terrain

Etape 1 : Pourquoi réaliser un diagnostic ?


Le diagnostic sert plusieurs objectifs :
 

  • Recueillir et analyser les données nécessaires pour quantifier et qualifier les besoins, les demandes, les ressources disponibles à la mise en œuvre du projet.
  • Comprendre le contexte local (politique, économique, environnemental, socioculturel…)
  • Déterminer quelles actions sont pertinentes et faisables.
  • Valider ou invalider les hypothèses d’actions.
  • Interroger ses propres pratiques.
  • Décider de concevoir et de réaliser un projet (ou pas).

Important : un diagnostic ne mène pas toujours à un projet. Or tout diagnostic suscite nécessairement des attentes de la part des institutionnels et/ou de la population. Vous les sollicitez, réfléchissez ensemble à un pré-projet… Dans une démarche respectueuse, il est nécessaire, quelle que soit la décision prise, d’informer ceux qui ont été mobilisés des suites qui seront données à ce travail.

 

Etape 2 : Comment réaliser un diagnostic ?

Analyser ses propres motivations

  • Qu’attendez-vous de votre implication dans un projet de solidarité internationale ?
  • Quels sont les enjeux pour votre structure ?
  • Quel est le point de départ, l’élément déclencheur ?
  • Pourquoi intervenir maintenant, à cet endroit et auprès de cette population ?

Repérer ses compétences

  • Sommes-nous compétents et qualifiés pour intervenir ?
  • Un autre organisme serait-il plus qualifié ?
  • Quelles ressources humaines ai-je à ma disposition ?
  • Qui prend part au projet ?
  • Quelles pourraient être les missions de chacun ?
  • Quelle autre structure puis-je mobiliser (réseau, associations, collectivités…) ?
  • Quelles ressources financières ai-je à ma disposition ? Avant même de concevoir un projet et d’en faire une estimation budgétaire, il est essentiel d’interroger les capacités financières propres de la structure.

Interroger les besoins, les demandes et les ressources disponibles


La réalisation d’un diagnostic doit chercher à identifier les besoins exprimés par la population. Cette demande n’est pas toujours facile à déceler. Votre partenaire ne sera pas toujours à même de définir précisément ses attentes. Il faudra dans ce cas l’accompagner dans cette démarche.
Dans le cas où vous identifieriez un besoin (accès à l’irrigation, microcrédit, formation agricole…), il faut s’assurer que cela correspond à une demande clairement exprimée par la population.
Dans le cas où une demande se manifeste, posez-vous la question de savoir si vous pouvez répondre à cette demande. N’est-il pas préférable de créer un projet ad hoc ? N’est-il pas préférable d’appuyer des initiatives locales ?

Un projet ne pourra voir le jour que si, et seulement si, la demande exprimée par la population correspond à un réel besoin auquel votre structure, avec ses moyens financiers, humains et techniques peut apporter une solution.
 

Elaborer un projet de partenariat


Un projet de solidarité internationale doit, dès le départ, être co-construit avec les bénéficiaires. Le projet répond à un objectif de développement sur le long terme et à une demande locale de partenaires, non à une logique d’assistanat.  Les populations ne prendront part au projet que si eux seuls perçoivent l’intérêt même du projet proposé. Il est indispensable de s’accorder entre partenaires sur une même vision du pré-projet (sorte de cahier des charges) et sur le rôle que chacun aura à jouer.
 

Identifier les acteurs locaux à associer dans le projet
 

Les acteurs locaux susceptibles d’être concernés par ce projet sont appelés les parties prenantes. Qui sont-ils dans votre projet ? Il ne faut pas faire d’impasse. Chaque acteur peut avoir des attentes différentes par rapport à votre projet : faites le nécessaire pour identifier les intérêts de chacun. Il peut s’agir tant d’une association de quartier, d’un groupement de producteurs que de la mairie, d’une administration publique… Réaliser un tableau peut se révéler fructueux.

 

Nom de l’acteur Participation envisageable dans le cadre du projet Compétences pour participer au projet Attentes et intérêts pour le projet Risques pour le projet
 
  Comment l’acteur va-t-il intervenir dans le projet ? Quels sont les points forts et capacités de l’acteur dans ce domaine d’action ? Qu’est ce que l’acteur « gagne » à participer au projet ? En quoi la participation de l’acteur peut-elle nuire au projet ?

 

Important : Travailler de concert avec les collectivités locales.
Les mairies ont des compétences locales dans de nombreux domaines : éducation, santé, eau et assainissement… Elles ont en charge l’administration de leur territoire. Elles doivent être informées de votre projet pour que vos actions s’intègrent dans la politique locale. Vous ne pouvez pas intervenir sans leur accord. Certaines d’entre elles disposent de plans de développement communaux. N’hésitez pas à les consulter.

 

Etape 3 : Préparer une mission sur le terrain

Les informations dites secondaires (recherches bibliographiques, prises de contact avec des structures expérimentées, discussions avec les partenaires, recensement des personnes ressources, mise en réseau, archives…) permettent une ébauche de projet. A la suite de ce travail, vous avez d’ores et déjà une bonne analyse de la situation et des solutions possibles. Il est dans ce cas pertinent d’aller confronter ces informations théoriques au plus près des bénéficiaires.
Encouragez l’émergence d’idée nouvelle en énonçant le problème central à la population. Préférez une « démarche participative » à une « approche directive ». Les données seront par la suite traitées et analysées de façon exhaustive. Un rapport d’évaluation sera rédigé présentant l’analyse de la situation, des problèmes, et les recommandations/propositions d’action.
Important : prendre le temps sur le terrain. Dans des cultures où dire bonjour prend parfois 10 minutes, le recueil d’informations nécessaires au montage de projet peut être très long.


Une feuille de route précieuse : « les termes de référence »
 

Pour vous aider à préparer au mieux votre mission terrain, il est conseillé de rédiger une feuille de route communément appelé « termes de référence ».
Comment procéder ?

  1. Présenter le contexte (éviter les données générales sur le pays, la zone d’intervention : donner de vrais éléments clefs pour comprendre au mieux la situation) et les motivations
  2. Définir les objectifs de l’étude préalable
  3. Formuler des hypothèses : il s’agit d’une série de questions auxquelles il faut répondre. La mission exploratoire vise à valider ou non cette liste. 

N’oubliez pas de préciser les méthodes de recueil des données (enquête, approche participative, sondage…) et les ressources (techniques et financières) qui seront allouées à l’évaluation.
Attention aux considérations émotives, humaines… L’intention du projet doit être située dans un cadre plus large.

 

Mis à jour le 5 décembre 2011
Actualités
Actualités
Centraider, Réseau régional des acteurs de la coopération et de la solidarité internationale Pôle Chartrain - 140, Faubourg Chartrain - 41100 Vendôme - Tél. : 02.54.80.23.09
Centraider est une association loi 1901 soutenue par la Région Centre et l'Etat
Conception et hébergement Logo Axn informatique © 2011
Conformité de votre site aux normes du W3C, organisme de standardisation du web
Valid HTML 4.01 Transitional