Centraider Coopération et solidarité internationale en région Centre

Les outils

Le Festival de films ALIMENTERRE 2015 : Lancez-vous !

Le Festival de films ALIMENTERRE 2015 : Lancez-vous !

Du 15 octobre au 30 novembre 2015 se déroulera la 9ème édition du festival de films documentaires ALIMENTERRE organisé par le CFSI. L'occasion de revenir par des films et des débats sur les désordres alimentaires mondiaux. Le changement climatique a été retenu cette année comme thème du festival. Vous souhaitez prendre part à l'aventure ? Rien de plus simple !

 

Le Festival est un outil « clé en main » permettant de mettre en débat les enjeux agricoles et alimentaires mondiaux au sein de notre société. Chaque année, cinq à sept films communs à tous sont sélectionnés. Ils traitent des enjeux agricoles et alimentaires mondiaux. Pour chaque organisateur, le Festival consiste en la création d’une programmation régionale ou locale. Chaque projection est suivie d’un débat ouvert voire contradictoire, impliquant la mobilisation d’au moins deux intervenants et une participation forte du public.

La manifestation s’adresse à tout public, se posant des questions sur les enjeux agricoles et alimentaires. Les séances sont organisées en cinémas ou salles municipales, bien situés et bien identifiés du public. Les lycéens de l’enseignement général ou agricole et les étudiants constituent le second public privilégié. Le Festival s’invite alors dans les salles de classe ou donne l’occasion de séances dédiées en cinéma. C’est une opportunité pour élaborer une animation pédagogique plus complète.

 

Le Festival ALIMENTERRE est un événement qui prend de l’ampleur tous les ans : plus de 1 200 séances et 67 000 spectateurs dans 12 pays de 3 continents (Europe, Afrique et Amérique du Nord) en 2014. Plus de 900 acteurs, coordonnés par 17 pôles régionaux, des pôles départementaux ou le CSFI directement, se sont mobilisés sur leurs territoires pour mettre en débat les enjeux de l’agriculture familiale.

 

EN 2015 : DEFI ALIMENTAIRE ET DEFI CLIMATIQUE ?

Selon la FAO, la faim a reculé dans le monde, passant de 841 millions de personnes en 2012 à 805 millions en 2014. Mais elle stagne sur le continent africain, où près d’un habitant sur quatre souffre encore de la faim. La faim n’est pas une exclusivité des pays en développement : en France, plus d'un adulte sur dix1 vit dans un foyer en situation d’insécurité alimentaire pour raisons financières.

 

Contrairement à une idée reçue, la sous-alimentation ne résulte pas d'une pénurie de nourriture car la production mondiale est suffisante. Elle est la conséquence de la pauvreté qui prive les victimes de la faim des moyens d'acheter les aliments dont ils ont besoin pour vivre. Paradoxalement, ce sont les paysans qui rencontrent le plus de difficultés à se nourrir. Il s’agit principalement de ruraux, majoritairement des agriculteurs familiaux, qui représentent 80 % des personnes sous-alimentées. Parallèlement, les régimes alimentaires occidentaux (trop sucrés, trop carnés, trop gras) font naître des épidémies de maladies chroniques telles que l'obésité, le diabète, etc., qui touchent plus d'un milliard de personnes.

Dans les pays riches, nous jetons 670 millions de tonnes de nourriture par an. La majorité des gaspillages se font de l’usine à l’assiette. En une année, un français jette en moyenne 7 kg de produits encore emballés, non entamés. Dans les pays en développement, 630 millions de tonnes de nourriture sont perdues par an. Ce sont principalement des pertes de récoltes, liées aux infrastructures de stockage défaillantes.

Pour que tout le monde puisse se nourrir un jour, il ne s’agit pas de produire plus mais de produire mieux et de mieux manger. En effet, 40 % de notre empreinte écologique est due à notre alimentation. La majorité des spécialistes dressent le constat des limites des ressources naturelles disponibles, comme du modèle agricole industriel dominant.

 

En décembre 2015, la France accueille la 21ème conférence internationale sur le climat. Ce sommet a pour objectif la signature d’un accord entre les pays du monde pour la réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre afin d’atténuer au maximum les changements climatiques. L’agriculture est à la fois à l’origine d’émissions de gaz à effet de serre et une activité à même de stocker du carbone dans les sols. Elle subit également les conséquences du changement climatique de plein fouet. Quels sont les enjeux auxquels l’agriculture devra faire face à l’avenir ? Quels risques pour la sécurité alimentaire ? Comment le changement climatique est-il déjà une réalité pour certains ? Comment l’agriculture s’adapte-t-elle déjà à tous ces changements ? Quelles solutions sont mises en œuvre ici et là-bas ?

Face à ces paradoxes et enjeux mondialisés, mettre en débat les questions agricoles et alimentaires au sein de notre société est indispensable. C’est l’objectif de la campagne ALIMENTERRE et de son temps fort, le Festival de films. Les différentes activités organisées contribueront aux débats de société sur les enjeux alimentaires et climatiques. 

 

 

Comment organiser une projection-débat ?

C’est très simple, voici les 9 étapes incontournables d’une projection-débat réussie :

 

  • Choisir le film à projeter.
  • Vérifier ses conditions de diffusion (en fonction du public visé) et simuler les frais de projection dans le tableau page 9.
  • Prévoir la date, le lieu et l’heure de la séance.
  • Les communiquer à CENTRAIDER.
  • Choisir les intervenants (le but étant d’avoir un débat contradictoire de qualité). CENTRAIDER peut fournir une liste d’intervenants possibles.
  • Utiliser les outils mis à disposition gratuitement pour communiquer sur la séance (affiches pré-imprimées, flyers…). À demander à CENTRAIDER.
  • Ne pas oublier de mentionner le CFSI comme coordinateur national et CENTRAIDER comme coordinateur régional du Festival.
  • Remplir le bilan en ligne après la séance sur le site du CFSI et le communiquer à CENTRAIDER.
  • Régler les droits de diffusion et les frais liés (sur facture) directement à CENTRAIDER.

 

LE RÔLE DE CENTRAIDER

↘  Accompagner les organisateurs dans la mise en place d’une séance à toutes les étapes.

↘  Faire le lien entre la région Centre-Val de Loire et le CFSI, coordinateur national du Festival

 

VOTRE RÔLE

↘  Prévoir des débats de qualité grâce à l’intervention de personnes aux points de vue contradictoires.

↘  Remplir la fiche bilan à la fin de la séance et la communiquer à Centraider.

Régler les droits de diffusion (droits reversés auprès des sociétés de productions des films) ainsi que les frais d’achats des DVD et les frais de port à Centraider.

 

Organiser une projection-débat vous intéresse ? Consultez dès lors "Le petit guide pour organiser une projection ALIMENTERRE en région Centre-Val de Loire", il vous permettra de prendre connaissance des l'ensemble des détails, des conditions de projection aux informations utiles pour organiser une projection. Il est à retrouver en pièce-jointe ci-contre ou directement en cliquant ICI. Vous pouvez aussi consulter l'appel à participation national du CFSI si vous souhaitez en apprendre d'avantage sur le Festival ALIMENTERRE. N'oubliez pas de remplir votre bon de commande et de le renvoyer auprès de Guillaume Guetreau : guillaume.guetreau@centraider.org

 

Pour toute demande d'informations, contacter Guillaume Guetreau, chargé de communication et animation réseau : 02.54.80.23.09 / guillaume.guetreau@centraider.org

Mis à jour le 15 juin 2015
Actualités
Actualités
Centraider, Réseau régional des acteurs de la coopération et de la solidarité internationale Pôle Chartrain - 140, Faubourg Chartrain - 41100 Vendôme - Tél. : 02.54.80.23.09
Centraider est une association loi 1901 soutenue par la Région Centre et l'Etat
Conception et hébergement Logo Axn informatique © 2011
Conformité de votre site aux normes du W3C, organisme de standardisation du web
Valid HTML 4.01 Transitional