Centraider Coopération et solidarité internationale en région Centre

Actualités

Croissance record du nombre de réfugiés

La journée du 20 juin a été la journée mondiale des réfugiés. En 2015, le nombre de personnes loin de leur fayoter a atteint un nouveau record avec près de 60 millions de réfugiés. Quelle est la différence entre un réfugié et un déplacé ? Quels sont les pays et les peuples les plus touchés ? Solidarités international propose une analyse de la situation.

Fin 2014, le nombre de réfugiés et de déplacés a atteint un niveau record de 59,5 millions de personnes, soit une augmentation de 15% par rapport à fin 2013*. 
On compte désormais 19,5 millions de réfugiés et 38,2 millions de déplacés*.

 

D'où viennent les réfugiés ?

Si les populations concernées sont issues de diverses régions partout dans le monde, les réfugiés les plus nombreux, par pays d'origine, sont les syriens (3,8 millions), les afghans (2,5 millions) et les somaliens (1,1 million) ; des trois populations représentant à elles seules 53% des réfugiés dans le monde*.

Où vont-ils ?

Fin 2014, la Turquie étaient le pays à accueillir le plus grand nombre de réfugiés (1,6 million), suivie par le Pakistan (1,5 million), le Liban (1,1 million), l'Iran (1 million), la Jordanie (0,6 million) et l'Ethiopie (0,6 million)*.

* Sources ; UNHCR

Réfugiés et déplacés : quelle différence ?

Le Haut Commissariat aux Réfugiés donne deux définitions bien distinctes : 

Les réfugiés : la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés qui a institué le HCR énonce que le terme 'réfugié' s'applique à « toute personne qui, craignant avec raison d'être persécutée du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques, se trouve hors du pays dont elle a la nationalité et qui ne peut ou, du fait de cette crainte, ne veut se réclamer de la protection de ce pays ». (source UNHCR). 

Les déplacés : contrairement aux réfugiés, les déplacés internes n'ont pas traversé de frontière internationale pour chercher asile dans un autre pays. Ils sont restés dans leur pays. Même s'ils ont fui pour des raisons similaires à celles des réfugiés (conflit armé, violence généralisée, violations des droits humains), les déplacés internes demeurent légalement sous la protection de leur propre gouvernement, ce gouvernement constituant parfois lui-même la cause de leur fuite. (source UNHCR).

Et les réfugiés climatiques ?

Essam El-Hinnawi, dans son rapport pour le Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE - 1985), désignait les réfugiés climatiques comme «ceux qui sont forcés de quitter leur lieu de vie temporairement ou de façon permanente à cause d’une rupture environnementale (d’origine naturelle ou humaine) qui a mis en péril leur existence ou sérieusement affecté leurs conditions de vie ».

Retrouvez l'article complet sur solidarites.org

Mis à jour le 1 juillet 2015
Actualités
Actualités
Centraider, Réseau régional des acteurs de la coopération et de la solidarité internationale Pôle Chartrain - 140, Faubourg Chartrain - 41100 Vendôme - Tél. : 02.54.80.23.09
Centraider est une association loi 1901 soutenue par la Région Centre et l'Etat
Conception et hébergement Logo Axn informatique © 2011
Conformité de votre site aux normes du W3C, organisme de standardisation du web
Valid HTML 4.01 Transitional