Centraider Coopération et solidarité internationale en région Centre

Actualités

Point sur la situation au Népal (26 mai 2015)

Point sur la situation au Népal (26 mai 2015)

Centraider se mobilise suite aux évènements qui ont eu lieu au Népal. Nous donnons la parole aux acteurs qui ont des nouvelles du terrain et nous relayons les appels aux dons des organisations.

(crédit photo : l'Express)

Séisme au Népal : 1 mois après

 

Depuis la catastrophe, qui a tué plus de 8600 personnes et fait plus de 10 000 blessés, une grande partie des rues de Katmandou ont été dégagées, rapporte France Info. Mais la phase de reconstruction n'est pas engagée, car les répliques, dont celle très violente du 12 mai, sont encore très fréquentes. Les rescapés vivent toujours dans des tentes, fournies par les ONG et l'aide internationale. 
 

En dehors de la capitale, certains lieux sont toujours très difficiles d'accès. Dans la vallée de Langtang, les autorités refusent que les habitants rejoignent les villages en raison des risques d'avalanche et d'éboulements. L'aide alimentaire, l'apport en eau potable ou en matériel pour construire des abris, reste très compliqué dans ces zones plus reculées. 

 

Pour le coordinateur humanitaire de l'ONU pour le Népal, Jamie McGoldrick, la logistique pour atteindre ces zones reculées doit encore être améliorée. Mais la situation presse, car la période de la mousson, de juin à septembre, approche et des pluies diluviennes viendront bientôt s'abattre sur le Népal. Or, les tentes fournies dans un premier temps n'offriront pas un abri de circonstance aux familles. L'ONU estime que huit millions de Népalais, sur une population de 30 millions, ont besoin d'une aide humanitaire.  
 

Un demi-million de logements ont été détruits lors des deux violents séismes qui ont touché le Népal et de nombreux habitants vivent dans des tentes qui ne résisteront pas aux pluies diluviennes de la mousson.

 

source : l'Express

Les événements

 

12 mai 2015 : Une réplique du tremblement de terre de magnitude 7,4 a été ressenti au Népal en ce mardi 12 mai. Il a été ressenti jusqu'à New Delhi.

 

 

Au Népal, le bilan des morts ne cesse de s'alourdir depuis qu'un séisme de magnitude 7,8 a frappé le pays, samedi 25 avril. Le bilan provisoire du tremblement de terre par les autorités népalaises s'élevait à 8 046 morts et 17 800 blessés (en date du 12 mai 2015). Le niveau de destruction est sans précédent, dans la capitale mais également dans les zones rurales plus éloignées. Le coût de répercussion du pays pourrait dépasser 5 milliards de dollars, soit environ 20% du PIB comme l'indique dans un communiqué Rajiv Biswas, Chef économiste pour l'Asie-Pacifique du cabinet IHS.

A ce jour, trois français sont décédés et sept sont toujours  présumés disparus.

 

 

 

La question de la coordination et de l’efficacité de l’aide

L'action d'urgence et humanitaire est une réponse évidente aux grandes catastrophes naturelles. Ses interventions de grande ampleur requiert professionnalisme, rigueur et logistique sans précédent. On comprendra aisément que l'action d'urgence humanitaire est du ressort de grandes ONG et associations internationales. Il est toutefois utile de rappeller que dans de telles circonstances l'aide apportée, si elle n'est pas correctement coordonnée sur place, peut avoir des effets contraires à ceux désirés. Il est plus que jamais nécessaire dans ce contexte dramatique, de penser et réfléchir l'efficacité de nos actions et de l'aide. L'ensemble des acteurs régionaux qui interviennent au Népal sont vigilants et s'assurent de proposer un appui de qualité à leurs partenaires.

Le réseau Ressources Solidaires décrypte la façon dont on peut faire un don qui respecte des règles déontologiques et éthiques. 83 associations et fondations basée en France bénéficient du lable "Don en Confiance". Bénéficiant d'un agrément, elles sont toutes signataires de la Charte du don et acceptent d'être soumises à un contrôle de conformité. Une dizaine d'entre elles interviennent au Népal.

 

Fond documentaire

Voici une sélection d'articles diffusés depuis la catastrophe. Cette liste n'est pas exhaustive et ne reflète pas l'ensemble des informations disponibles sur le sujet. Cliquez sur le lien pour accéder aux articles.

Ceci n'est pas la photo de deux orphelins du séisme au Népal, Libération, 5 mai 2015

Les survivants du séisme, Courrier International, 30 avril 2015

Conseil aux Voyageurs du Ministère des Affaires Etrangères

La mobilisation au niveau nationale 

Cités Unies France (réseau des collectivités locales engagées à l'international)

A la demande de nombreux adhérents, CUF a décidé d’ouvrir un fonds d’urgence pour apporter une aide dans la phase de réhabilitation des villes et villages touchés et des services publics détruits. Cela en collaboration avec les collectivités concernées.
Un compte pour le « Fonds d’urgence Népal» a été créé et il pourra être abondé par toute collectivité locale désireuse de répondre à cet appel.
Vous êtes une collectivité et vous êtes intéressée par une telle initiative? Contacter dès maintenant :

Simoné Giovetti, Responsable pôle crises et réhabilitation (01 53 41 81 87 / s.giovetti@cites-unies-france.org) ou Lucie Allex-Billaud, Chargée de mission Pôle crise et réhabilitation (01 53 41 81 85 / l.allexbillaud@cites-unies-france.org).

La mobilisation des acteurs régionaux

Namasté (Cher)

L'association Namasté INDE intervient en Inde mais est sensible à ses peuples du Nord. De par ses liens privilégiés avec des acteurs locaux actifs au Népal, Namasté a fait le choix de soutenir l'association Solhimal de Bourges. Les dons seront directement reversés à cette structure.

Contact : 

Gilles Charles, Président de Namasté

asso.namasteinde@gmail.com


Aide à l’Enfance Tibétaine (Indre-et-Loire)

L’association basée en Indre-et-Loire est le relais d’une organisation nationale qui accompagne les réfugiés tibétains qui ont fui leur pays en rejoignant notamment l’Inde ou le Népal. Le cœur d’intervention d’Aide à l’Enfance Tibétaine est celui du parrainage d’enfants.

A ce stade, les réfugiés tibétains déplorent des morts et blessés sérieux mais il est à l’heure actuelle très difficile de se prononcer sur un bilan humain définitif. De nombreuses maisons et écoles ont été endommagées. Toutefois, l’association a conscience de ne pouvoir intervenir dans l'aide d’urgence. Une forte mobilisation est constatée au niveau international pour les populations népalaises. En revanche, les réfugiés tibétains présents au Népal ne seront pas appuyés par le gouvernement du Népal, raison pour laquelle la structure lance un appel aux dons pour les besoins de réparations et de reconstructions importants à venir.

Contact : 

Martine Giraudon

martine.giraudon@orange.fr  / 02 47 61 88 39 

 

Association L'Eclat Du Soleil - L.E.D.S (Indre-et-Loire)

L’Association L.E.D.S. est un organisme d’intérêt général créé le 6 février 2013. Cette association a pour objet d’apporter un soutien direct à différents projets locaux de développement, notamment dans les domaines social et culturel, au Népal (en particulier la région de Chormara située dans le District de Nawalparasi). Cette Cet appui vise à améliorer les conditions de vie de l’ensemble de la population népalaise.

Pourquoi le village de Chormara en particulier ? Tout simplement parce que c’est le village natal du guide et des sherpas (porteurs) rencontré à l’occasion d’un trekking en 2010, village dont les besoins en matière d’infrastructure et d’équipement de l’école publique (élémentaire et secondaire) étaient importants.

L.E.D.S. est une « petite » association qui comptait en 2013, 37 membres mais qui a su structurer son partenariat avec le village de Chormara par un appui en matériel conséquent (don d'ordinateurs et de livres). Ces réalisations ont pu se faire grâce, notamment, à l’aide financière de la Région Centre-Val de Loire. La Présidente de l'association s'est rendue au Népal fin 2013 pour suivre et évaluer ces projets.

Aujourd’hui, les évènements catastrophiques qui touchent le Népal poussent l'association à réactiver ses projets. Un appel au don a été lancé. L.E.D.S souhaite accompagner un groupe de personnes en particulier,  les sherpas et leurs familles, plutôt que de s'appuyer sur des associations de grande envergure ou passer par le Fondation de France. Pourquoi ? Parce que la seule ressource pécuniaire des sherpas provient de leur travail de portage à l’occasion de trekkings pendant la saison touristique de septembre à avril (en dehors des mois de mousson de mai à août). Aussi, les sherpas auront des difficultés à se remettre de ce sinistre : le tourisme risque en effet de diminuer sur une longue période, privant ces guides de ressources financières. L'association est toutefois ouverte à toute initiative conjointe qui pourrait être proposée en lien avec d'autres organisations de la région Centre-Val de Loire.

Contact : 

Hélène François, Fondatrice et Présidente

helene.francois37@orange.fr / 02 47 96 71 20  ou 07 71 18 72 62

 

L'Association des Carabins de Tours

L'association des étudiants en médecine de Tours travaille cette année sur un projet en lien avec la Népal. Le programme Namaste se déroule à Meghauli, au Sud-Est du Népal, dans le Chitwan. Cette région a été épargnée par le séisme. D’après les partenaires sur place, on ne déplore aucune victime ou blessé pourtant le président de l’association partenaire, "Clinic Nepal" était à Katmandou au moment du séisme mais il n’a pas été blessé. 

Interrogé par l'association tourangelle, voici comment il décrit sur place la situation : " La zone la plus touchée est vers Laipur (Patan) et au niveau de Katmandou et la vallée. Les villages à l'est de Bhaktapur sont détruits, idem pour les villages dans toute la zone autour de Gorkha où était le premier épicentre à mi-chemin entre Pokhara et Katmandou. Dans la capitale même, le quartier de Basantapur à proximité du Durbar Square que vous avez dû voir aux infos est très difficile d'accès. C'est un quartier assez pauvre de la ville et non loin de l'hôpital, la majorité des enfants des rues s'y rassemblent habituellement.
Toutes les écoles et les établissements sont évidemment fermés depuis le séisme. Ils ont remis un peu d'électricité dans la capitale mais peu y ont plus accès. Les communications sont donc difficiles mais nous arrivons à recevoir des mails.
Dans l'attente, beaucoup dorment dehors sous des bâches pour éviter de rester dans les maisons fragilisées. Il a plu les nuits passées ce qui ne rend pas les choses évidentes. Même les bâtiments construits pour résister aux secousses se sont vus détruits par les bâtiments plus modestes. Une épidémie de choléra se fait sentir dans la capitale, due au manque d'accès à l'eau potable. La population consommes de l'eau plus ou moins boueuse. La situation est très difficile mais heureusement la culture népalaise est énormément basée sur l'entraide.

Ici l’entraide est plus que nécessaire. Les népalais sont reconnaissants de l’aide internationale qui est mobilisée très rapidement. Néanmoins, les dégâts humains et matériels sont considérables (+ de 7000 morts), ll va falloir 20 ans au Népal pour se reconstruire…. La population aimerait que le tourisme ne soit pas un secteur trop touché : il représente une part importante de leur économie."

 

Contact :

Juliette Bardet

solidarite.internationale.act@gmail.com / 06 78 22 31 70

 

Le Comité régional Solhimal Bourges

Le Comité Régional Solhimal Bourges (de l'association Solhimal nationale basée à Strasbourg) œuvre depuis 2004 afin de favoriser la scolarisation d'enfants issus de familles modestes par le biais du parrainage. Les parrains et marraines d'enfants sont encouragés à partir sur place pour visiter leurs filleul(le)s quand cela leur est possible. Des adhérents partent aussi l'été sur des chantiers solidaires (gestion de l'eau, assainissement, etc...).

Des membres de l'association au niveau national étaient sur place et notamment au Langtang où ils ont récemment été évacués. Ils décrivent la situation comme "la catastrophe est la plus importante que le Népal ait connu depuis 82 ans, date à laquelle Kathmandou avait été détruite. La terre continue visiblement de trembler ainsi que les éboulements. Dans certains villages, comme Timuré où nous étions bloqués, il n’y a plus de possibilité de ravitaillement mais par contre il n’y a pas de problème d’approvisionnement en eau comme c’est le cas dans la capitale où la population manque de nourriture et d’eau. Les secours internationaux y sont très attendus.

Pour l’instant, à notre connaissance, il n’y a pas à déplorer de morts parmi les enfants parrainés mais nous ne pouvons pas contacter toutes les familles et surtout celles se trouvant dans le LangTang où l’on dénombre plus de 300 morts. Les écoles vont fermer jusqu’au 15 mai et les enfants commencent à retourner dans leurs familles ou dans des familles d’accueil. 

Dans les jours qui ont suivi le tremblement de terre, toute communication téléphonique était extrêmement difficile voire impossible et encore maintenant il est presque impossible d’établir tout contact avec la plupart des régions rurales du Népal. Une grande partie des routes vers les régions rurales du Népal sont bloquées en raison de glissements de terrain provoqués par le tremblement de terre. La plupart des magasins sont toujours fermés et l'électricité et l'approvisionnement en eau est un problème majeur  dans bien des endroits". 

L’association locale se réunit mercredi 6 mai à 18h à la Maison des Associations à Bourges, réunion ouverte aux adhérents et sympathisants afin d'orgniser au mieux les animations à venir permettant de lever des fonds indispensables au redémarrage des projets.

Contact : 

Evelyne DORIE, Présidente Solhimal Bourges

0626608030 / evelyne.dorie@orange.fr

 

Népal Enfance et Lumière (Bourges)

L'association vise à prendre en charge des fillettes des familles modeste en soutenant l'accès à leur scolarité.  

La construction d'un "home" permet l'accueil de ces jeunes filles. Le séisme a fortement impacté l'état de l'établissement, pour le moment inhabitable. Les jeunes filles sont retournées dans leurs familles après le séisme, mais nous imaginons que ce doit être dans des conditions difficiles. Nombre de petites maisons peu solides se sont écroulées. La directrice népalaise du home, loge dehors sous tente dans la cour avec sa famille et subit comme tous les Népalais des conditions pénibles : vent, pluie, manque de secours alimentaire, d'eau courante... L'électricité est rétablie quelques heures par jour. La directrice parcourt les banlieues à la recherche d'un bâtiment encore solide pour y rouvrir le home.

L'association française a contacté "Architectes sans frontières" et à "Architectes de l'urgence" pour demander la visite d'un expert capable d'évaluer les dégâts et d'assurer ou non la viabilité du home pour les jeunes filles.

Heureusement toutes les filles présente dans le home au moment du séisme sont indemnes!

 

40 autres jeunes filles sont parrainées par l'association. Leur école a subi de gros dégâts mais le directeur a déjà entrepris les travaux de réparation (en partie grâce aux fonds de Népal Enfance et Lumière). Le contact a été établi avec la plupart de ces jeunes filles ; seules 6 n'ont pas été contactées sans doute parce qu'elles habitent assez loin et que les routes ne sont pas praticables.

Les secours alimentaires des ONG arrivent difficilement, ralentis par un administration tatillonne qui semble privilégier certains quartiers au détriment d'autres....

Un appel au don est lancé (affiche ci-contre).

Nous attendons fin juin pour aller voir sur place et décider d'un relogement pour les activités de l'association.


Contact : 

Marianne SILVESTRE DE SACY 

nel.secretariat@gmail.com / 05 55 86 11 18

Mis à jour le 29 mai 2015
Actualités
Actualités
Centraider, Réseau régional des acteurs de la coopération et de la solidarité internationale Pôle Chartrain - 140, Faubourg Chartrain - 41100 Vendôme - Tél. : 02.54.80.23.09
Centraider est une association loi 1901 soutenue par la Région Centre et l'Etat
Conception et hébergement Logo Axn informatique © 2011
Conformité de votre site aux normes du W3C, organisme de standardisation du web
Valid HTML 4.01 Transitional