Centraider Coopération et solidarité internationale en région Centre

Acteurs de la coopération en région Centre

Gevalor

Gevalor

L'association Gevalor apporte un appui à la gestion des ordures ménagères dans plusieurs grandes villes de pays en développement, en soutenant le recyclage et la valorisation des déchets.

Historique du projet Gevalor

Gevalor a été créée par deux anciens du BRGM, Georges Morizot et François Proust en 2004. A travers cette association loi de 1901, ils ont voulu apporter un appui à la fois technique et financier à une association malgache, Tananamadio, qui avait pour objectif de valoriser les déchets ménagers de la ville de Mahajanga sous forme de compost à usage agricole.

Un partenariat avec la Fondation GoodPlanet a été signé en 2006 et a abouti en 2010 à la certification du projet comme contributeur à la lutte contre le réchauffement climatique suivant le standard international VCS (voluntary carbon standard), qui permet de valoriser les réductions d’émissions vérifiées. C’est une première dans la zone de l’Océan Indien.

Ce premier projet à Mahajanga a été soutenu financièrement par le Conseil de la Région Centre, le Conseil général du Loiret, l’Ambassade de France, le Fonds français pour l’environnement mondial ainsi que l’Association internationale des faires francophones (AIMF).

 

Cadre d’intervention et philosophie de Gevalor

La philosophie de Gevalor dans le développement de filières de valorisation des déchets urbains est basée sur les considérations suivantes :

  1. Comme les populations du Nord, les populations concernées ont le droit de disposer d’un service durable de gestion des ordures ménagères qui protège leur santé et leur qualité de vie.
  2. Du fait des différences de niveau de vie et de développement économique entre les populations des PVD et les populations du Nord, il n’est pas possible de transposer telles quelles les approches durables du Nord dans le Sud. Il faut donc définir des approches prenant en compte les spécificités locales.

Gevalor adapte donc les modes de gestion des ordures ménagères en prenant en compte les spécificités locales. Elle évite notamment d’employer des équipements sophistiqués, tant au niveau de la collecte que du traitement, car de tels équipements nécessitent beaucoup d’investissements, d’énergie et d’entretien ; Gevalor favorise au contraire des équipements simples, robustes, réparables sur place, et pouvant nécessiter une main d’œuvre abondante.

Pour éviter le coût du développement du tri sélectif à la source, Gevalor promeut le tri des matières organiques combinant tri manuel et tri mécanique (criblage par trommel tournant, tri par rebond et adhérence…).
Le recyclage des déchets est adapté au contexte local : la fabrication de compost, valorisable localement dans l’agriculture périurbaine sera souvent appréciée.

Selon les cas, il est possible de recycler les inertes (sables et terres) dans le génie civil et les matières plastiques et autres produits combustibles (sciure de bois) pour fabriquer des objets (pavés, briques, dalles de latrine…) ou comme combustibles. De même, les papiers et cartons seront soit recyclés (compost ou papier) soit valorisés sous forme énergétique.

Chaque nouveau produit (par exemple compost pour l’agriculture, pavés en matière plastique) fait l’objet de campagnes de démonstration, de promotion et de vulgarisation destinées à développer son utilisation.
 

Pour finir, Gevalor accompagne les porteurs de projets locaux dans les démarches d’accès à la finance carbone : en effet, grâce au compostage, des émissions de gaz à effet de serre sont évitées.  En savoir plus.

Sur chaque projet,  une évaluation technico-économique est réalisée pour s’assurer que les types de recyclage envisagés, créent non seulement des emplois, mais sont aussi durables du point de vue économique (équilibre des recettes et des dépenses).

Gevalor intervient également ponctuellement en conseil auprès d’autres partenaires au développement (Agence Française de Développement, UN Habitat, secteur privé…)

Les projets et les partenaires locaux

Gevalor appuie actuellement le développement de projets de compostage et de recyclage dans 5 pays :

 

Madagascar

A Mahajanga (Madagascar), l’unité de compostage créée emploie aujourd’hui plus d’une centaine d’ouvriers et traite aux environ de 12 000 t. de déchets bruts par an. Elle est opérée par la SARL Madacompost, qui produit également des éléments de construction en sachets plastiques recyclés. Ce projet a obtenu en 2010 la certification carbone selon la norme VCS (Voluntary Carbon Standard). En savoir plus

 

Suite à cette première expérience, Gevalor et son partenaire la Fondation GoodPlanet ont monté un projet commun, appelé « Africompost » pour appuyer d’autres unités de compostage. Ce projet est financé par le Fonds français pour l’environnement mondial et par l’Agence française de développement. En savoir plus.

A écouter : l’émission de RFI sur les projets de compostage de Gevalor et de GoodPlanet

 

Togo

A Lomé (Togo), Gevalor et GoodPlanet appuient l’entreprise ENPRO et le laboratoire Gestion, Traitement et Valorisation des Déchets, de l’Université de Lomé, dans leur initiative de compostage, démarrée en 2010. Cette unité vise également à recycler le verre comme agrégat pour des éléments de construction.

En savoir plus

 

Cameroun

A Dschang (Cameroun), ERA Cameroun a démarré en 2009 une action de promotion du compostage dans les ménages, de collecte des déchets en porte à porte et une petite unité de compostage. Actuellement, la commune rencontre de fortes difficultés dans la gestion des déchets, en raison de son coût. Le projet de compostage pourra potentiellement se développer à une plus grande échelle fin 2012, avec des perspectives de commercialisation du compost très encourageantes.

En savoir plus

 

Bénin

A Parakou( Bénin), c’est une ancienne étudiante d’Orléans qui a créé son association, Planète Contact, dont la vocation est de préserver l’environnement. Une opération pilote de traitement des déchets a été financée par la Ville d’Orléans et le Conseil Régional, et son développement à plus grande échelle va commencer cette année.

En savoir plus

 

Mozambique

A Beira (Mozambique), une jeune Française a créé son entreprise, Terra Nova Lda, pour contribuer au traitement des déchets de la ville. Elle emploie une quarantaine de personnes et son initiative a déjà remporté plusieurs prix internationaux. Gevalor appuie Terra Nova dans l’accès à la finance carbone.

En savoir plus

 

 

Les impacts des projets de compostage

Chaque unité de compostage génère des impacts positifs très importants dans plusieurs domaines :

  • Impact sur l’environnement local : La prolifération des décharges sauvages est un fléau des villes en développement qui s’accentue au rythme de la croissance de la population. Les villes, qui ne disposent que de budgets limités, ne peuvent collecter qu’une partie des déchets et sont rarement en mesure de financer une mise en décharge contrôlée. Les dépotoirs sauvages font le nid de vecteurs de maladies (rats, moustiques), ils polluent durablement les sols, les cours d’eau et les nappes phréatiques. Les canaux de drainage urbains sont bouchés par les sachets plastiques. Grâce au compostage de la fraction organique des déchets, et au recyclage des déchets valorisables (notamment des plastiques), les projets soutenus par Gevalor permettent aux communes de réduire les coûts de transport grâce à la mise en décharge d’un volume réduit de déchets. Cette amélioration de la gestion des déchets contribue à assainir l’environnement urbain et à offrir aux populations un cadre de vie agréable et sans danger.
  • Impact sur l’environnement mondial : Le compostage, en assurant la décomposition aérobie de la fraction organique des ordures ménagères, supprime les émissions de méthane, puissant gaz à effet de serre. En outre, ce procédé, s’il reste très faiblement mécanisé comme dans les projets de Gevalor, consomme très peu d’énergie et émet par conséquent très peu de CO2. Les réductions d’émissions de gaz à effet de serre qui en résultent sont importantes : jusqu’à 150 000 t CO2e sur 10 ans sur les projets soutenus par Gevalor.
  • Impact économique sur l’agriculture locale : Les sols sont bien souvent appauvris par des années de culture intensive sans restitution de matière organique. Le compost redonne aux sols la matière organique dont ils ont besoin pour fixer l’eau et les éléments nutritifs et les restituer progressivement aux cultures. Il permet notamment de réduire l’utilisation d’engrais chimiques importés tout en améliorant les rendements des agriculteurs. Une unité de compostage comme celle de Mahajanga produit environ 6000 t de compost par an, ce qui peut fertiliser jusqu’à 300 ha de terres.
  • Impacts sociaux : Chaque unité de compostage soutenue par Gevalor peut créer de 100 à 200 emplois, essentiellement au bénéfice de populations pauvres, qui vivaient auparavant du tri des ordures sur les décharges. Les conditions de travail offertes dans les unités de compostage incluent la sécurité sociale, les vaccinations, un suivi médical, et bien entendu un salaire régulier. Les travailleurs sont souvent autorisés à revendre à leur profit une partie des déchets valorisables mis de côté au moment du tri pour le compostage, ce qui leur assure un complément de revenu.


Durabilité des impacts : La vente de compost et la vente de réductions d’émissions de gaz à effet de serre sont les deux piliers de la durabilité des unités de compostage, qui peuvent atteindre leur équilibre financier en 4 ans en moyenne.

 

Liens Internet
Mis à jour le 20 août 2012
Actualités
Actualités
Centraider, Réseau régional des acteurs de la coopération et de la solidarité internationale Pôle Chartrain - 140, Faubourg Chartrain - 41100 Vendôme - Tél. : 02.54.80.23.09
Centraider est une association loi 1901 soutenue par la Région Centre et l'Etat
Conception et hébergement Logo Axn informatique © 2011
Conformité de votre site aux normes du W3C, organisme de standardisation du web
Valid HTML 4.01 Transitional